Les “Balli di Sfessania” de Jacques Callot

21 [800x600]

Les Balli di Sfessania de Jacques Callot

Comme la série des Gobbi, les vingt-quatre planches qui composent les Balli di Sfessania furent sans doute conçues lors du séjour de Jacques Callot à Florence (1614-1621) au service de Cosimo II de Medici. La présence de certains personnages dans d’autres composition de Callot datées de 1616, et notamment la Guerra d’Amore, laissent à penser qu’il était alors en train de travailler sur les croquis préparatoires (dont soixante-six nous sont parvenus) des Balli. Néanmoins, les plaques ne furent gravées qu’après le retour de l’artiste dans sa Lorraine natale en 1621.
Arrangés en paires, les personnages de la commedia dell’arte représentés sur ces planches ne correspondent pas forcément à des acteurs connus, même si la plupart sont assez facilement identifiables par leur nom, en dépit des bizarreries d’ortographe: Scapino, Mezzetin, Coviello, Scaramouche, le capitaine Fracasse, Francesquina, Pulcinella…
Toutefois, il est clair que Callot n’a pas voulu composer une sorte de catalogue des tippi fissi ni se faire chroniqueur. Certains personnages fondamentaux n’y figurent pas—à commencer par Arlequin, ou même Pantalon (que Callot a pourtant représenté ailleurs)—et les innamorati en sont entièrement exclus. De plus, mis à part sur le frontispice, les acteurs ne sont pas montrés en scène, mais paraissent évoluer en plein air, hors de tout contexte dramatique. Il s’agit donc plutôt d’une suite de variations sur le mouvement et les postures propres aux acteurs de la commedia dell’arte, avec une prédilection évidente pour les contorsions et le caractère outrancier et grotesque des attitudes.
Plus qu’un effort «documentaire», cette volonté de stylisation nous apporte un témoignage précieux sur l’esprit du jeu de la commedia degli zanni telle qu’elle pouvait exister au tout début du siècle dans son milieu d’origine. Soigneusement travaillés, les arrière-plans fournissent des scènes supplémentaires qui suggèrent une activité ludique de type forain ou festif plus que le théâtre au sens strict.

Source: Balli di Sfessania di Jacomo Callot / Jac. Callot In . Fe. [Nancy, c1622]



Categorie:K18- Approfondimenti: Le Maschere nella storia dell'arte, Uncategorized

Tag:,

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

SCIENZA E CULTURA - SCIENCE AND CULTURE

Lo stato dell'arte tra storia e ricerche contemporanee - State of the art: history and contemporary research

ORIENTALIA

Studi orientali - Études Orientales - Oriental Studies

NUOVA STORIA CULTURALE / NETWORK PHILOSOPHY

NUOVA STORIA CULTURALE / NEW CULTURAL HISTORY

TEATRO E RICERCA - THEATRE AND RESEARCH

Sito della Compagnia Lost Orpheus Teatro

LOST ORPHEUS ENSEMBLE

Modern Music Live BaND

Il Nautilus

Viaggio nella blogosfera della V As del Galilei di Potenza

Sonus- Materiali per la musica moderna e contemporanea

Aggiornamenti della Rivista "Sonus"- Updating Sonus Journal

The WordPress.com Blog

The latest news on WordPress.com and the WordPress community.

Antonio De Lisa - Scritture / Writings

Teatro Musica Poesia / Theater Music Poetry

In Poesia - Filosofia delle poetiche e dei linguaggi

Blog Journal and Archive diretto da Antonio De Lisa

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: